OLFACTORY CONTEMPLATION


Yoann Roux

La Floating University Berlin est un nuage. Un nuage à la fois en expansion et en régression. Parfois, des fumerolles s’étendent vers le ciel et agrandissent le nuage.Parfois, les vapeurs se rétractent et le nuage se désenfle. Ces mouvements de dilatation et de compression sont le fruit de nombreux processus à l’œuvre sur le site et en dehors. Il s’agit ici d'en faire un état des lieux au travers du prisme de l’odorat. Une telle approche sensitive du lieu permet de comprendre en quoi une odeur est le résultat d’une suite d’opérations, aboutissant à une production. Si l’on s’intéresse à ces perceptions, on peut prendre conscience des processus à l’œuvre à la Floating University Berlin. Cette contemplation olfactive s’exprime à travers une série de calligrammes qui rendent compte de quelques impressions (re)senties au cours de la semaine, traduisant les événements prenant place ici ( recyclage, sociabilisation, production artistique… ). Ces perceptions immatérielles traduisent encore l’idée d’un nuage, en mouvement et en transformation constante. Malgré tout, un jour, la Floating University Berlin se transformera en pluie et tombera sur la terre. Peut être pour former un nouveau nuage ailleurs ?


The Floating University Berlin is a cloud. A cloud both expanding and regressing. Sometimes, fumaroles extend to the sky and spread the cloud. Sometimes the vapors retract and the cloud shrinks. These movements of dilation and compression are the result of many processes at work on and off the site. The point here is to make an inventory of some of these through the prism of smell. Such a sensory approach of the place makes it possible to understand how an odor is the result of a series of operations, resulting in a production. If one looks at these perceptions, one can become aware of the processes at work at Floating University Berlin. This olfactory contemplation is expressed through a series of calligrams that shows some impressions felt during the week, reflecting the events taking place here (recycling, socialization, artistic production ...). These immaterial perceptions still reflect the idea of ​​a cloud, in motion and in constant transformation. Nevertheless, one day, the Floating University Berlin will turn into rain and fall on the ground. Maybe to form a new cloud somewhere else?